Le directeur d’Ethos, Vincent Kaufmann, intervient aujourd’hui à l’assemblée générale de LafargeHolcim pour encourager le conseil d’administration à prendre des mesures supplémentaires en matière de gouvernance et de responsabilité environnementale et sociale. Trois ans après la fusion entre Lafarge et Holcim, l’opération peine toujours à créer la valeur promise.

Ethos s’est montré critique depuis l’annonce de la fusion avec Lafarge sur la valeur ajoutée du projet, notamment pour les actionnaires et les parties prenantes d’Holcim. Trois ans après l’opération, cette dernière peine encore à créer la valeur promise. Les efforts conséquents du management pour l’intégration des deux structures, l’affaire de la cimenterie de Lafarge en Syrie ou l’amortissement de près de CHF 1 milliard de goodwill sur l’Algérie enregistré en 2017 confirment malheureusement certaines des craintes exprimées par Ethos lors de la fusion.

Ethos reconnaît l’ouverture au dialogue dont fait preuve la société et remarque certains progrès avec notamment les différents changements effectués au sein du conseil d’administration et de la direction générale. Cependant, Ethos estime que la société a encore de nombreux défis devant elle en matière de responsabilité environnementale et sociale ainsi qu’en matière de bonne gouvernance. Ethos demande notamment au conseil d’administration :

  • D’augmenter les dépenses en recherche et développement pour réduire l’impact environnemental des activités de la société. Une des promesses de la fusion était que le nouveau groupe bénéficierait de nouvelles économies d’échelle pour réduire l’impact de ses activités sur l’environnement. Ethos regrette dès lors que les dépenses en matière de recherche et développement aient diminué de 32% en 2017.
  • De prévoir un plan de succession au niveau du conseil d’administration. Aucun nouveau membre indépendant n’est proposé à élection cette année malgré la présence de seulement une femme et la surreprésentation de certains actionnaires. La présence d’une seule femme au conseil d’administration ne répond plus au standard de bonne gouvernance et de diversité que nécessite un conseil d’administration d’une société cotée.
  • D’améliorer la transparence du rapport de rémunération et revenir à un système de rémunération plus raisonnable concernant les niveaux de rémunération variable potentiel pour les membres de la direction générale.

Déclaration d’Ethos à l’assemblée générale de LafargeHolcim

Positions de vote d’Ethos pour l’assemblée générale de LafargeHolcim