La déclaration demande aux grandes marques et aux détaillants qui vendent des habits très bon marché de respecter les droits humains et de mettre en place des politiques d'approvisionnement durables tout au long de la chaîne de leurs fournisseurs.

Ethos figure parmi les 123 investisseurs socialement responsables qui ont publié cette déclaration commune le 16 mai dernier déplorant la perte de près de 1'300 vies dans des usines d'habits au Bangladesh. A la suite d'une série d'accidents, dont le dernier a eu lieu le 8 mai dernier à Dhaka, la réaction d'un grand nombre d'investisseurs a été très rapide. Dans leur déclaration, ces investisseurs critiquent plusieurs grandes marques d'habits nord-américaines et européennes pour les conditions de travail qu'elles laissent prévaloir chez leurs sous-traitants en Asie. Pour les signataires de la déclaration, de telles conditions sont la preuve que ces sociétés sont incapables d'assurer des conditions de travail humaines aux employés de leurs sous-traitants.

Selon les investisseurs, le modèle d'affaires des grandes marques mondiales, qui vendent des habits très bon marché, favorise des contrôles laxistes, la corruption et une compétition féroce parmi les sous-traitants des pays à faible coût de production. Les gouvernements locaux ferment les yeux face aux irrégularités afin de stimuler l'emploi au prix de salaires indécents et de conditions de travail inacceptables. Les signataires appellent les entreprises concernées de s'engager collectivement à appliquer les standards principaux de l'Organisation Internationale du Travail.