Suite à la confirmation par M. Vasella à la télévision alémanique des détails de la clause de non-concurrence qui le lie à Novartis, la Fondation Ethos modifie ses recommandations de vote du 5 février 2013 pour l'assemblée générale de Novartis du 22 février 2013. Constatant que le conseil d'administration a une responsabilité directe dans l'établissement du contrat de M. Vasella, Ethos recommande de voter contre la décharge proposée au point 2 de l'ordre du jour. En outre, Ethos exige également une annulation volontaire de ce contrat et la restitution à la société de tout montant déjà perçu.

Dans l'émission de SRF «Tagesschau» du vendredi 15 février 2013, M. Vasella a confirmé recevoir une rémunération annuelle de 12 millions de francs pendant six ans s'il ne travaille pas pour la concurrence. Ce contrat prend effet dès le retrait de M. Vasella du conseil d'administration le 22 février 2013. La rémunération totale pourrait donc atteindre CHF 72 millions de francs. Ethos exige une annulation de ce contrat et une restitution de tout montant déjà perçu par M. Vasella. Ethos estime que ces rétributions potentielles appartiennent à l'entreprise et à ses actionnaires.

En outre, Ethos recommande désormais de voter contre la décharge du conseil d'administration qui a une responsabilité directe dans la préparation de ce contrat. Dans sa communication passée sur la clause de non-concurrence de M. Vasella, le conseil d'administration a agi contre l'esprit de la loi et a manqué à son devoir de diligence. Ceci contrevient aux principes de bonne gouvernance.