Ethos se félicite de la décision de la banque de ne pas verser de rémunération variable et de ne pas demander aux actionnaires de décharger les membres du conseil d’administration de leurs responsabilités pour l'année 2020. Des enquêtes ont également été ouvertes suite à deux scandales financiers qui exposent la banque à d'importantes pertes financières.

Ethos se félicite de la décision de Credit Suisse de ne pas verser de rémunération variable à la direction générale au titre de l’année 2020 et de ne pas demander aux actionnaires de décharger les membres du conseil d’administration et de la direction générale de leurs responsabilités. « Au vu des pertes importantes auxquelles la banque s’expose dans le cadre de deux affaires récentes (Greensill et Archegos Capital), il est tout à fait normal que le conseil d’administration ne demande pas à être déchargé, souligne Vincent Kaufmann, directeur d’Ethos. De telle manière, les actionnaires conserveront l’ensemble de leurs droits le temps de pouvoir mieux mesurer l’ampleur des pertes subies, les raisons qui ont conduit à ces pertes ainsi que la responsabilité du conseil d’administration. »

Ethos prend également note de l’ouverture par le conseil d’administration de deux enquêtes, confiées à des parties externes, en lien avec ces affaires récentes. Ethos demande que ces enquêtes se penchent également sur la responsabilité du conseil d’administration et que leurs résultats soient rendus publics.

Credit Suisse a annoncé mardi une perte d’environ CHF 900 millions pour le premier trimestre 2021, incluant une charge de CHF 4.4 milliards en lien avec les problèmes du hedge fund Archegos Capital. Ethos avait déjà indiqué la semaine dernière qu’elle recommanderait aux actionnaires, suites aux affaires récentes, de s’opposer à la proposition concernant la rémunération variable ainsi qu'à la décharge lors de l’assemblée générale 2021. Ethos s’est montré critique depuis de nombreuses années à l'égard de la gouvernance de la banque, notamment vis-à-vis de l'exercice de la fonction de surveillance du conseil d’administration. Ethos espère que le changement de président prévu à la prochaine assemblée générale permettra d'instaurer une nouvelle culture d'entreprise avec une approche davantage centrée sur la gestion des risques. Ethos va désormais analyser dans le détail les autres points soumis au vote des actionnaires avant de finaliser ses recommandations de vote pour l’assemblée générale 2021 qui aura lieu le 30 avril prochain.