Lors de l’assemblée générale de Credit Suisse Group qui se tiendra le 30 avril 2020, Ethos recommande de ne pas accorder la décharge aux instances dirigeantes de la banque au vu des graves manquements constatés suite à l’affaire de surveillance d’anciens cadres. Par ailleurs, Ethos recommande de s’opposer aux rémunérations des instances dirigeantes, ainsi qu’à la réélection du président du conseil d’administration. Finalement, en raison des incertitudes liées à la pandémie de Covid-19, Ethos conseille aux actionnaires de surseoir au paiement d’un dividende pour l’exercice 2019.

Au vu de la gravité des faits révélés en 2019 et des enquêtes toujours en cours concernant la surveillance d’anciens cadres de la banque dont Iqbal Khan, ancien membre de la direction générale, Ethos considère qu’il est, à ce stade, prématuré d’accorder la décharge aux instances dirigeantes de Credit Suisse. Ethos regrette également qu’aucune explication n’ait été fournie quant au fait que M. Khan ait pu rejoindre un concurrent trois mois seulement après avoir quitté Credit Suisse, alors qu’un délai d’au moins six mois est généralement appliqué aux membres de la direction générale.

Par ailleurs, Ethos considère que les rémunérations variables accordées à la direction générale ne tiennent pas suffisamment compte de l’affaire de surveillance qui a eu un impact très négatif sur la réputation de la banque. En particulier, le bonus annuel de l’ancien CEO, qui a été contraint de démissionner en février 2020 suite à cette affaire, est jugé excessif.

Depuis 2017, Ethos considère qu’au vu des nombreuses affaires qui ont entaché la réputation de la banque ces dernières années, un changement de présidence est nécessaire pour restaurer la confiance des actionnaires. Par conséquent, Ethos recommande de s’opposer à la réélection de Urs Rohner à la présidence du conseil d’administration.

Finalement, en raison des grandes incertitudes économiques et financières relatives à la pandémie de Covid-19, Ethos recommande aux actionnaires de renoncer au paiement du dividende cette année. Malgré la décision du conseil de proposer un paiement en deux parties distinctes et égales, Ethos considère que les grands établissements financiers d’importance systémique devraient préserver au maximum leurs fonds propres et continuer à soutenir l’économie.

Recommandations de vote d'Ethos pour l'assemblée générale du Credit Suisse